Etude de conception d'un plan d'hydraulique douce sur un sous bassin versant de la Crise

Le syndicat du bassin versant de l'Aisne navigable axonaise a lancé une étude de conception d’un plan d’hydraulique douce sur un bassin versant de la Crise en novembre 2017. Cette étude est actuellement menée par le bureau d’études LIOSE.
 
Cette étude a pour objectifs :
  • La mise en place de mesures agronomiques visant à la réduction à la source du ruissellement et de l’érosion ;
  • L'implantation d’aménagements d’hydraulique douce (haies, bandes enherbées, mares tampons,…).
  Contribuant à:
  • La réduction des pollutions vers les milieux naturels ;
  • L’écrêtement des crues par le ralentissement des écoulements et ainsi la protection des biens et des personnes.

Comptes-rendus de réunions - étude en cours
 
07 novembre 2017 06 mars 2018 18 décembre 2018
 
Contexte
 
Les communes de Vauxbuin et de Courmelles sont sujettes à des problèmes récurrents liés au ruissellement et à l’érosion des versants en amont. Ces phénomènes prennent exceptionnellement un caractère catastrophique, sous forme de coulées de boues. Ces coulées peuvent engendrer des dysfonctionnements au niveau du ru de Vauxbuin et ainsi de la Crise et des dégâts matériels, notamment sur la voirie, les habitations, les bâtiments et les réseaux.
Pour ces raisons et suite à d’importantes coulées de boue en juin 2016, la commune de Vauxbuin a sollicité en août 2016 le syndicat du bassin versant de l’Aisne navigable axonaise, anciennement syndicat intercommunal pour l’aménagement et l’entretien de la Crise et de ses affluents afin d’aménager le bassin versant en vue de réduire les risques de coulées boueuses et de pollutions des cours d’eau.
Les communes de Vauxbuin et de Courmelles ont fait l’objet respectivement de 4 et 6 arrêtés de reconnaissances d’état de catastrophes naturelles entre 1983 et 2006.
 
En 2016 et 2017, les phénomènes de coulées de boue et de pollution du ru de Vauxbuin se sont répétés et l'érosion de la chaussée de la route départementale D 913 s'est aggravée. De plus, ce bassin versant de Vauxbuin, sous bassin versant de la Crise a été identifié comme prioritaire dans la lutte contre les ruissellements et les pollutions diffuses au cours d'eau dans l'étude d'aménagement et de gestion de la Crise et de ses affluents réalisée par les bureaux d'études EMC Environnement et HYDRATEC en 2009.
Pour ces raisons, le syndicat du bassin versant de l'Aisne navigable axonaise a décidé de lancer une étude de conception d’un plan d’hydraulique douce sur un bassin versant de la Crise, décomposée en deux phases :
  • Phase 1 : « Etat des lieux » qui aura pour objectif la compréhension des enjeux, de la situation actuelle et l’ébauche d’un scénario d’aménagement ;
  • Phase 2 : « Propositions d’actions » qui aura pour objectif l’élaboration et la validation d’un plan d’aménagements sur le bassin versant.
 
Déroulement de l'étude
 
Actuellement, la phase 1 « Etat des lieux » est terminée et la phase 2 « Propositions d’actions » est en cours.
 
Les éléments importants du bilan de la phase 1 sont :
  • Les caractéristiques morphologiques du bassin versant influent sur la formation et le transit des ruissellements, notamment de part les terrains cultivés limoneux et argileux des plateaux ;
  • Le développement du centre-bourg de Vauxbuin provoque une saturation du réseau d'eau pluvial de la commune. Une attention particulière devra être portée par la commune dans l'élaboration de son Plan Local d'Urbanisme notamment pour l'urbanisation des dents creusese et des zones actuellement en herbe ;
  • Le lit du ru de Vauxbuin a été fortement modifié au cours des années et actuelleemnt la traversée de la route Départementale D913 au niveau de la zone Commercial des portes de Soissons et la confluence avec la Crise entraînent des problèmes d'inondation par montée en charge.
L’étude de conception vise à mettre en œuvre un plan d‘hydraulique douce pour faire face au problème de ruissellement et de l’érosion. Les aménagements proposés permettront un ralentissement dynamique des écoulements, une réduction à la source de la production de ruissellement et une réduction d'apport de sédiments aux sources et au cours d'eau.

Après l'état des lieux, la phase 2 « Propositions d’actions » est en cours. Le bureau d’études LIOSE a réalisé une enquête auprès des élus communaux et des agriculteurs de décembre 2017 à février 2018. Le scénario d’aménagement issu de cette enquête a été présenté aux partenaires techniques et financiers et aux exploitants agricoles en mars 2018.

Il est composé :
  • D’aménagements d’hydraulique douce (haies, fascines, chenal boisé, mare tampon,…) ;
  • D’aménagements d’hydraulique enroché (seuils enrochés) ;
  • D'aménagements de voirie (modification de voirie, empierrement de talus pour soutenir la RD 913, réouverture d'ouvrage de franchissement,...
  • Des mesures agricoles (maintien en herbe, arrêt de cultures de printemps dans certains zones, gestion des fourrières,..)
Exemple d'aménagement d'hydraulique douce (fascine) Exemple d'aménagement d'hydraulique enroché (seuil enroché)
 
Exemple d'aménagement de voirie (ralentisseur) Exemple de mesures agricoles (gestion de fourrière)
 
  
Suite de l'étude
 
Les prochaines étapes de cette étude sont :
  • La répartition de la maîtrise d'ouvrage en fonction de l'aménagement à mettre en place et sa fonction ;
  • L’identification des propriétaires concernés par des aménagements ;
  • La validation des aménagements par les propriétaires ;
  • La signature de conventions entre l’exploitant, le propriétaire et le syndicat pour formaliser les accords ;
  • L’élaboration des documents réglementaires (dossier de Déclaration d’Intérêt Général et Dossier Loi sur l’eau).
Financement et mise en oeuvre
  • Coût de l’étude de conception (Phases 1 et 2) : 12 090 € HT
  • Participation financière de l’Agence de l’eau Seine Normandie : 80%
  • Etude réalisée par le bureau d’études LIOSE de ROYAUCOURT et CHAILVET (02)
  • Durée prévisionnelle de l’étude : 12 mois

Partenaires

Voir tous les partenaires
Carte
X