Dérasement du seuil de Sougland à Saint Michel

Suite au classement en liste 2 de la rivière le Gland en 2010, les fonderies Sougland, propriétaire du barrage, envisage un projet d’effacement de l’ouvrage, aujourd’hui sans usage. Après concertation de l’ensemble des acteurs intervenants dans ce projet, il est décidé début 2011,  de lancer une étude permettant de définir les modalités techniques et financières du dérasement de l’ouvrage et de l’aménagement du tronçon amont du Gland sous l’influence du remous du seuil.
A la suite de cette étude, le Syndicat intercommunal pour la gestion du bassin versant de l'Oise amont (SIABOA), assisté de l’Union des Syndicats d’Aménagement et de Gestion des Milieux Aquatiques (USAGMA), et en accord avec les fonderies Sougland, décide d'entamer les travaux de dérasement du seuil de Sougland. Une première phase, réalisée à l'automne 2014, a consisté à aménager le seuil dans le but de permettre la vidange de la retenue. Après 2 années, durée qui permis de laisser réagir le cours d'eau suite à cette vidange, les travaux de dérasement total du seuil débutent en septembre 2016. 
Localisation
Comptes-rendus des réunions de chantier
 
13.09.2016 29.06.2016 05.10.2016 12.10.2016 19.10.2016 26.10.2016 02.11.2016 09.11.2016    
   








 

16.11.2016 30.11.2016 08.06.2017 15.06.2017        
       


Photographies des travaux 

Seuil en cours de dérasement (octobre 2016)
 
Seuil dérasé (décembre 2016)
 
Site débrousaillé et création du nouveau lit  (septembre 2016) Talutage des berges et  du nouveau lit du Gland (juin  2017)
 

Contexte

Le seuil de Sougland barre la rivière du Gland environ 2,5 km en aval du bourg de Saint Michel. Cet ouvrage, qui servait autrefois à l’alimentation en énergie motrice des Fonderies de Sougland, est composé d’un seuil en pierres de taille accompagné de deux pertuis vannés non fonctionnels aujourd’hui et d’une digue en terre de fermeture en rive gauche. (Vidéo du barrage avant travaux)

L’ouvrage de Sougland se compose donc :
  • d’un seuil en pierres de taille, haut d’environ 7,00 m par rapport à sa fondation, accompagné de deux pertuis vannés qui ne sont plus fonctionnels et condamnés par des panneaux fixes (pas de vidange possible de la retenue) ;

  • d’une digue en terre de fermeture de la rive gauche ; 

  • d’une prise d’eau, en extrémité de digue rive gauche, qui alimente une centrale hydroélectrique qui  n’est  plus  fonctionnelle  aujourd’hui. 

La chute d’eau en écoulement courant entre le plan d’eau amont et le plan d’eau aval est de l’ordre de 4,50 m. En pied de barrage une profonde  fosse de dissipation (jusqu’à 3 m) s’est développée.

 
Seuil de Sougland avant les travaux
 
Retenue en amont du seuil avant les travaux
Seuil de Sougland avant les travaux Retenue en amont du seuil, 1 an après les travaux de vidange
 
Le  plan  d’eau issu de la retenue est peu  étendu en raison des atterrissements dans la cuvette dont l’extension vers l’amont est très linéaire du fait de l’encaissement de la vallée. Les atterrissements dans la cuvette, les berges et la digue rive gauche sont boisés. Vers l’amont une ripisylve continue est présente en bordure rive gauche du Gland. Les travaux de vidange, réalisés en 2014, ont permis au cours d'eau de retrouver une dynamique et un fonctionnement plus naturel. Les atterrissements présents initialement dans la retenue se sont stabilisés et végétalisés. Suite à la suppression du seuil, le lit du Gland doit encore diminuer d'1,80 m afin de retouver son altitude naturelle. 


Détail des travaux

Les travaux de dérasement du seuil et de restauration morphologique du lit et des berges du Gland se feront en 4 étapes distinctes étalées sur 2 à 3 ans :   
Étape n°1 : septembre à octobre 2016
  • Préparation du site : débroussaillage, abattage d’arbres, mise en place de systèmes de dérivation des eaux  et terrassement des accès
  • Démantèlement de l’ouvrage et comblement de la fosse
  • Restauration du mur de soutènement de la voirie
Étape n°2 : octobre à novembre 2016
  • Création d’un nouveau chenal dans l’ilôt existant
  • Comblement de l’ancien bras
Étape n°3 : été 2017
  • Reprofilage du nouveau lit et des berges
  • Ensemencement et plantation
Étape n°4 : automne 2017 ou été 2018
  • Consolidation des vestiges et rejointoiement
  • Valorisation du site : belvédère, chemin d’accès, ….
Profils en travers
 
Plans des travaux

  Financement et mise en oeuvre
  • Coût des travaux : 1 260 000 € HT
  • Participation financière de l’Agence de l’eau Seine Normandie : 100%
  • Travaux réalisés par les entreprises VINCI et NET
  • Maitrise d'oeuvre de suivi assurée par BIOTEC (Lyon, 69) et Verdi Picardie (Saint-Quentin, 02)
  • Durée prévisionnelle des travaux : 8 mois répartis sur 2 à 3 années

Partenaires

Voir tous les partenaires
Carte
X